Les sons et les onomatopées

Sujets relatifs à la phonologie du Kotava.

Modérateur: Lundesik

Messagepar Marjorie » Mar 02 Sep 2008, 12:54 am

Lyendiþ a écrit:Personnellement, je me suis toujours dit que si on inventait totalement un vocabulaire, il était préférable que la sonorité des mots aille de paire avec leur sens pour pouvoir mieux les "assimiler".

Du coup je regrette un peu que le vocabulaire du Kotavá ait l'air d'être un peu créé "au pif" (ça n'est peut-être pas le cas mais c'est l'impression que j'ai). Par exemple
edavá: détonner, exploser

La sonorité très douce du mot contraste avec ce qu'il est censé exprimer... du coup le vocabulaire s'assimile peut-être moins facilement.

Oui mais cette idée de "sonorités naturelles" est complètement variable selon les langues et ne résulte finalement de pas grand chose.
Le mot "bébé" par exemple, on dit que c'est parce que le bébé prononcerait ce son quand il commence à babiller. Oui, mais en wolof, bébé se dit "liir", rien à voir. Par contre, il a une connexion sonore avec "niir" (nuage). :roll:

De même, toujours en wolof, moustique se dit "yoo", ce qui semble bien correspondre au bruit qu'il fait. Par contre en français, espagnol, etc. ça n'a pas de lien particulier. Pourquoi ?

En réalité, les correspondances éventuelles son-mot sont très arbitraires, quelque langue ce soit, il semble.
Avatar de l’utilisateur
Marjorie
rictelik
rictelik
 
Messages: 607
Enregistré le: Ven 30 Sep 2005, 2:43 pm
Localisation: Dakar, Senegala

Messagepar clauchau » Mer 03 Sep 2008, 4:11 pm

Lyendiþ, on doit bien pouvoir augmenter le lien entre sens et son pour quelques termes, mais si peu, et c'est si complexe et subjectif, et le faut-il ?

Chaud m'évoque aussi qu'on che les chèle ichi, ma machoire figée et le chuintement d'une glissade et d'une chute sur la chaussée gelée, tandis que froid m'évoque aussi le frétillement de la friture.

Ce que l'on croit naturel est en retour influencé par sa langue de naissance. Voyez la distinction des couleurs de base ainsi que la perception de leurs nuances, qui diffèrent de façon surprenante entre quelques langues.

Tiens, je m'amuse avec des organes élémentaires de la parole en français :

lèvre, dent, langue, palais, nez, gorge, larynx.

On sent un lien avec leur utilisation en parlant.
En kotava c'est je pense, respectivement :

kutc, talga, yoy, carma, pez, larida, gluda.

Lien moins évident. Mais on pourra toujours trouver une explication intéressante et des avantages à la prononciation de kutc.

Je me souviens avoir lu qu'en apprenant aux enfants à écrire les quantités avec une symbolisation proche de la réalité au lieu des symboles arabes plus abstraits, il leur était plus difficile ensuite d'avancer dans une arithmétique moins élémentaire.
Avatar de l’utilisateur
clauchau
nobasik
nobasik
 
Messages: 72
Enregistré le: Dim 02 Avr 2006, 8:44 pm
Localisation: Lyon

Messagepar Lyendiþ » Mer 03 Sep 2008, 5:15 pm

tandis que froid m'évoque aussi le frétillement de la friture.


Pas faux, dans les deux cas le doublet "fr" évoque des petits mouvements, que ce soit des tremblements ou des sautillements ; cela dit on remarque dans froid des voyelles graves et postérieures, contrairement justement à frétillement et friture qui font appel à des voyelles aigües.
Même genre de contraste vocalique entre mort et vie, grand et petit, etc...
Quand à chaud ça m'évoque une patate chaude dans la bouche :lol: ou la façon dont on souffle sous une chaleur écrasante, ce genre de choses...

Après je suis d'accord que le fait qu'on soit habitué à notre langue maternelle biaise un peu le jugement et que tout le monde ne perçoit pas ce genre de chose de la même façon.
Moi-même, dans mon idéolangue j'essaie de baser la conception du vocabulaire sur ce principe mais je m'aperçois souvent que le mot que je crée a au moins un son en commun avec son équivalent Français (syeve et soqe pour vie et mort, sefa pour feuille, fluena pour l'eau (les flots), kqine pour le froid, hevi pour le vent, etc.)

Même en Kotava on peut sans doute trouver quelques termes comme ça, tceka pour flèche par exemple.

Enfin pour être neutre jusqu'au bout, ce n'est peut-être pas plus mal d'éviter un principe dont la perception varie autant selon les langues finalement. Et puis peut-être qu'à l'oreille d'un Africain ou d'un Asiatique ces mots résonnent plus qui sait :P Cela dit il y doit y avoir tout de même quelques principes à peu près universels, petit se dit bien "chiisai" et grand "ooki" en Japonais :vakolies:

Je me souviens avoir lu qu'en apprenant aux enfants à écrire les quantités avec une symbolisation proche de la réalité au lieu des symboles arabes plus abstraits, il leur était plus difficile ensuite d'avancer dans une arithmétique moins élémentaire.


Intéressant... donc appliqué aux langues faire trop correspondre son et sens pour les termes les plus courant risquerait de rendre plus difficile l'assimilation de vocabulaire plus complexe ? Je ne sais pas si on peut vraiment faire un tel rapprochement entre mathématiques et langue cela dit :razz:
Cìmeraon dae un' Jomeidze joinesai <3

Image
Avatar de l’utilisateur
Lyendiþ
bagalik
bagalik
 
Messages: 252
Enregistré le: Mer 27 Aoû 2008, 2:24 am
Localisation: Bègles

Messagepar clauchau » Jeu 04 Sep 2008, 3:21 pm

Wow, bonne remarque sur les voyelles.

Je suis d'accord aussi que ma remarque sur les chiffres ne doit pratiquement pas s'appliquer ici. La distance est déjà suffisamment énorme entre les mots flot ou bébé et leur réalité, alors le soupçon de familiarité qu'ils entretiennent me semble plutôt minime et bienvenue - un clin d'oeil intéressant sans doute sans conséquence négative dans le monde de l'abstraction.
Avatar de l’utilisateur
clauchau
nobasik
nobasik
 
Messages: 72
Enregistré le: Dim 02 Avr 2006, 8:44 pm
Localisation: Lyon

Messagepar Marjorie » Dim 14 Sep 2008, 1:01 pm

Lyendiþ a écrit:Même genre de contraste vocalique entre mort et vie, grand et petit, etc...
...
Et puis peut-être qu'à l'oreille d'un Africain ou d'un Asiatique ces mots résonnent plus qui sait :P Cela dit il y doit y avoir tout de même quelques principes à peu près universels, petit se dit bien "chiisai" et grand "ooki" en Japonais

En wolof :
grand = réy
petit = sew (ou tuuti)
L'opposition vocalique n'existe pas. J'ai l'impression qu'il ne doit pas y avoir vraiment de grands universels, à part des notions générales. Mais pas au niveau des sonorités, des assonances ou autres procédés phonétiques.
Avatar de l’utilisateur
Marjorie
rictelik
rictelik
 
Messages: 607
Enregistré le: Ven 30 Sep 2005, 2:43 pm
Localisation: Dakar, Senegala

Précédente

Retourner vers Phonologie, phonétique / Mamopa

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron